Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/07/2007

Autour d'une tasse de café

Pour le moment je n'ai aucune maison à l'horizon. Rien à projeter. Je m'ennuie.

Hier j'ai visité une maison à Anduze. Elle n'était pas telle que je cherche pour le musée. Mais il y avait quelque chose d'amusant...

Après avoir visité la maison, j'ai dit à la vendeuse que je cherchais une maison pour le musée et je lui ai donné l'affichette du musée. Cela lui a intéressé et elle m'a offert un café après...

Le centre d'Anduze est comme un grand cafétéria en plein air avec ses cinq terrasses pendant toute l'année. C'est convivial. Chez nous dans mon pays en Finlande, c'est possible seulement en été.

Ce n'était pas la première fois que j'étais au café avec un vendeur d'une maison. Cela m'est arrivé déjà il y a 10ans avec le vendeur de ma maison actuelle. Nous étions à la même terrasse à Anduze. Puis, un an et demi après, j'ai finalement acheté sa maison. Donc, il ne m'a pas payé un café pour rien. Pour le comble, nous sommes devenus des amis. Il paraît que quelquefois les liens d'amitié peuvent se créer presque n'importe où et n'importe quand avec quelques personnes, mais pas avec n'importe qui. Plus facilement à l'étranger que dans mon pays.

Ma maison actuelle est une belle histoire, inoubliable et incroyable, au moins pour moi. Une histoire des larmes aux rires... A ne pas revivre. Je me suis dépassée. On dit qu'à chacun son Mount Everest.

Dans cette situation j'aurais pu dire comme un marin: "Ton océan est immense et mon bateau est petit, Seigneur!"

« Une maison de ses rêves » ne s'achète pas plusieurs fois dans la vie. C'est un grand événement. - Une Française m'a dit à l'époque qu'elle n'avait jamais vu ça! Mais une fois sur la route, il fallait aller jusqu'au bout..., je pensais.

D'une part les cultures se heurtent et d'autre part elles s'enrichissent. Cette histoire n'aurait pas été pareille dans mon pays, je crois. Peut-être il n'y en aurait jamais eu.

« Per aspera ad astra » - disaient les Romains. Une fois arrivé au but, une expérience est à partager. Voilà de quoi nourrir mon premier livre. Je me suis mise à écrire. - Un rêve en a apporté un autre.

Autour d'une tasse de café à Anduze...m'a rappelé des choses. Maintenant je préfère vivre le présent.

29/07/2007

Est-ce qu'elles tiennent, les ailes?

Hier je suis partie tôt à 7H15. Il faisait déjà très beau. Dans la météo on avait annoncé 35°C pour l'après-midi. J'avais la peur dans le ventre, ma destination était la Mer Méditerranée. Mais j'ai fait un effort. Il faut. Sinon, je n'oserai jamais conduire partout. C'est comme ça qu'on apprend et on découvre davantage.

A 5km, à Lédignan il y a eu lieu le premier marché aux puces. Même si c'est petit dans un petit village, on peut toujours chiner. Cette fois il n'y avait rien pour moi.

Après j'ai pris la direction Montpellier. Je suis arrivée au deuxième village, Sommières, à peu près à 9H. Je connaissais déjà le village parce que j'y étais il y a que quelques semaines. Tôt le matin c'était facile à trouver une place pour la voiture sur le grand parking (gratuit) à côté du marché. À Sommières, c'est la brocante, donc c'est plus intéressant. Ma trouvaille, c'était un pot de chambre en porcelaine, à 6€. Fabriqué en France dans les années 40 peut-être. Je collectionne aussi des pots de chambre, même si je n'en ai que trois actuellement. Ou quatre, si on peut en compter un en miniature dans la maison de poupée des années 20.

Ma route continuait. A 10H, le prochain arrêt était à Lunel, dans une ville de 25 000 habitants environ. Le marché aux puces a eu lieu en plein centre. Pas de problème avec la voiture, en plus le parking était gratuit! A côté des puces il y avait un très beau et grand parc. Une belle ville, je pensais. Le marché aux puces était immense. Voilà quelque chose pour tout le monde. J'ai acheté une voiture en tôle des années 50, de la marque allemande Joustra, à 40€.

Mon deuxième arrêt était pas loin de Lunel, au village de Marsillargues. Il a été très sinistré pendant les inondations. La brocante était annulée à cause de la fête du village. Tant pis. Je reviendrai une autre fois. J'ai repris la route.

Après avoir traversé le Grau-du-Roi et la Grande Combe, je suis arrivée à Aigues-Mortes. Il me plaisait beaucoup. Dans un rond-point, juste avant de rentrer dans le village, un gigantesque flamand rose a très bien accueilli tout le monde. C'était beau! Une fois rentrée, en plein centre se trouvait la brocante, mais pour se garer, il fallait aller un peu plus loin. Finalement ce n'était pas la brocante, à mon avis, mais les puces. Tant pis, j'ai fait une affaire. Une grande toupie en tôle, des années 50-60, à 8€, fabriquée en Allemagne de l'Ouest, Donald avec ses camarades. En marchandant j'ai gagné en tout 14 euros. C'est le jeu aux puces. Je l'aime bien. Cela vaut le coup.

A la sortie du village d'Aigues-Mortes, j'ai vu quelque chose de très beau. Les tours et les remparts, les fortifications  médiévales et un peu plus tard les montagnes de sel de mer. Je voudrais les visiter un jour. http://www.monuments-nationaux.fr; http://www.salins.com

Me voilà bien arrivée à la mer. C'était apaisant à perte de vue! Et quelle était belle, la mer, avec tous ses bateaux de plaisance! En plus, cette fois était spéciale. J'étais venue par mes propres moyens, comme une automobiliste. - Incroyable!

De temps en temps il faut sortir de son nid et essayer ses ailes. Je l'ai fait. Elles tiennent bien, mes ailes!

28/07/2007

"La Route des Puces"

Voici mon itinéraire de Lézan à la mer méditerranéenne, en profitant de tous les marchés aux puces et des brocantes de samedi matin dans les villages:

http://1000histoires.free.fr/routepucesteksti.pdf

http://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9dignan

http://www.ville-sommieres.fr/

http://www.ville-lunel.fr/

http://www.vacances-en-camargue.com/

http://www.ot-aiguesmortes.fr/FR/Salins.htm
 

http://www.marsillargues.fr/

26/07/2007

De quoi se réjouir?

Voici quelques sujets de joie entendus:

Une jeune femme, toute heureuse, a voulu partager une bonne nouvelle avec tout le monde. Elle a dit:

"J'ai reçu une prothèse pour remplacer mon autre sein. C'est comme avant, parfait!"  - Le sein a été enlevé à cause d'un cancer.

Une autre personne, très contente, avait aussi une nouvelle à partager:

"Regardez! Je viens d'avoir mon appareil d'audition. Maintenant j'entends aussi bien qu'avant, plus aucun problème!" - La personne était devenue à moitié sourde après un accident de la route.

Une dame m'a dit, pleine de joie de vivre:

"Elles sont belles et très colorées, vos poupées, il y a toutes les couleurs!" - Plus tard j'ai appris que la personne était presque aveugle.

Le soleil brille à tout le monde...jusqu'au coeur quelquefois.

Je me réjoie de ce bel été...

25/07/2007

Les anciens camarades d'école

L'été dernier nous avions une réunion des anciens camarades d 'école, ou plutôt de lycée. Nous étions une classe d'une vingtaine de filles avec deux ou trois garçons. Nous avons passé ensemble les trois dernières années au lycée avant le baccalauréat. Une séction littéraire avec les langues étrangères.

Je n'ai pas assisté à la réunion, ni ma jumelle. Mais nous avons eu des nouvelles des autres.

Qui était le plus travailleur ou le plus paresseux à l'école? Ou les deux? Qui était actif et qui était passif? Comment étions-nous? Maintenant ça fait rire. - La vie surprend. Qu'est-ce que nous sommes devenus? Est-ce que nous avons fait une carrière? Où habitons nous actuellement dans le monde? En Finlande ou ailleurs?

Parmi nous il y a des infirmières spécialisées, des secrétaires, des professeurs, une directrice d'école, un conseiller financier dans une banque, des entrepreneurs, des agriculteurs ou des agricultrices, des médecins, des techniciens, des chômeurs, des femmes au foyer etc. Je crois que je suis la seule à habiter à l'étranger.

Moi, je n'ai pas fait de carrière dans ma vie. Mais j'ai fait d'autre chose et ma vie est riche. Si je l'avais su quand j'étais à l'école...

Un extra-terrestre

Aujourd'hui je suis allée faire mes courses à Super U à Anduze. En même temps j'ai fait un tour dans le village.

J'ai rencontré une personne dont le visage était familier. Nous nous sommes saluées. Elle m'a demandé des nouvelles. « Vous êtez toujours dans les nounours? » - Je lui ai répondu: »Oui ».

Après j'ai pensé, pourquoi pas. C'est mon passe-temps depuis 1985. Dans cette question il y a quelque chose que je n'aime pas. Encore la huitième année du musée on me pose la même question qu'au début.

Les nounours, la collection, les jouets anciens, le musée...cela peut être aussi un hobby. Mais il paraît que tout le monde ne partage pas le même avis. Surtout les personnes qui ne pourraient jamais eux-même le faire, elles sont les premières à critiquer. Pour moi c'est possible, même si c'est un gouffre. Mais à chacun ses priorités et à chacun son gouffre. En plus nous sommes 13 dans mon association. Sans parler des amis du musée, comme Sébastien. Je ne suis plus seule, comme j'étais au début.

Pendant les premières années du musée, j'ai remarqué, ici localement, qu'il était plus acceptable ou normal d'être un alcoolique ou un toxicomane, ou presque n'importe quoi sauf un collectionneur des nounours.

Tant pis, tant pis! Je pense qu'il faut voir les choses toujours de plus loin, pas seulement d'ici, mais aussi d'ailleurs, comme les touristes. Il faut bouger un peu, voyager si c'est possible. Sinon c'est l'esprit du clocher.

Il y a de la place pour tout le monde dans ce monde. Même pour les extra-terrestres. On peut sortir aussi d'ordinaire, je pense. Tout le monde n'aime pas les mêmes sentiers battus. Les nounours, c'est gai et c'est original!

Je ne suis pas très tolérante dans tous les domaines non plus, je suis trop catégorique. Mais je dois évoluer. Je reconnais ma faute. Le monde n'est pas noir et blanc. 

Ce qui est positif sur Internet, c'est « une fenêtre sur le monde entier ». « La vue est dégagée », même dans un petit village.

Un petit ou un grand sourire?

"Le succès de la libération des infirmières bulgares, mardi 24 juillet, donne un relief nouveau au débat sur le rôle endossé par l'épouse du chef de l'Etat dans la dernière ligne droite des négociations menées avec le colonel Mouammar Kadhafi....

....Quelle a été le rôle exact et éventuellement la valeur ajoutée de Cécilia Sarkozy?"

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3212,36-938579@51-915550,0.html

La femme du président a une autre personnalité que Ségolène Royal. Elle n'a pas tout le temps un grand sourire à toute épreuve comme Ségolène Royal. Mais est-ce que ça plait à tout le monde?

- Moi, je suis méfiante. Souvent un grand sourire, un peu incroyable, c'est superficiel et ça cache quelque chose. Qu'est-ce qu'il y a derrière? - Même si on parle de la vie public et la vie privée. L'important, c'est d'être réel, je pense.

On oublie la chose la plus importante en critiquant Cécilia Sarkozy. Finalement les infirmières bulgares et le médecin ont été libérés contre toute attente. C'est ça qui compte.

L'opposition veut souvent tout contester et tout mettre en question. Elle ne cherche que les choses négatives partout.

Je ne crois pas que le sourire de Ségolène Royal suffirait pour faire des miracles.

D'autre part, c'est la personnalité de Ségolène Royal. Nous sommes tous différents. Les uns sont plus souriants que les autres. Bien sûr on doit dire qu'avec un sourire "les portes s'ouvrent" plus facilement partout... 

Cette fois même un petit sourire de la femme du président de la France a suffit en Libye. C'est les femmes finalement qui ont tout changé dans ce conflit très difficile depuis huit ans. - Un conflit politique, je trouve.