Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05/10/2011

Le bonjour des 2500 nounours anciens!

Voici Margarete Steiff en haut et Theodore Roosevelt en bas. http://www.oursement-votre.com/histoire.mvmargareetta.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

theodor.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'ai passé ce week-end en Suisse. Une visite au Musée de la Maison de Poupée de Bâle.

http://www.puppenhausmuseum.ch/

http://www.basel.com/fr/welcome.cfm

Le réveil au chant du coq à 3h45. Il fallait partir à 4h45 à la gare de Nîmes, après trouver une place pour la voiture dans un quartier calme, marcher à la gare... tout ça, ça prend du temps. Le départ à 7h00 vers la Suisse.

http://www.eurolines.fr/FRA/   Environ 100 euros aller retour Nîmes-Bâle.

L'arrêt d'Eurolines n'est pas signalé, il s'arrête "quelque part" dans la gare routière qui est grande. Ce qui a compliqué les choses, il y a eu des travaux. Au moins avant je voyais Eurolines passer par là où est son agence. Donc, ce n'était pas sûr 100%, si on se trouvait au bon moment au bon endroit. En plus, la gare était un désert dimanche matin, toute la ville dormait, sauf nous.

L'autocar était en retard. Finalement, on ne l'a pas raté comme on croyait déjà avec mon amie Henriette. Cela aurait été honteux, retourner à la maison! Une bonne surprise, nous voilà en route vers le Musée de la Maison de Poupée comme prévu.

On savait que le chemin était long, du lever du soleil jusqu'au coucher du soleil. Tant pis. Depuis le Gard jusqu'en Alpes-Provence et en Haute Savoie, depuis la frontière de la France et de la Suisse jusqu'au bout, nous avions de bons paysages et de belles maisons à admirer. En plus, le temps estival était au rendez-vous. Et bien accompagné on ne s'ennuie pas, nous avons beaucoup parlé au sujet de tout "sous le ciel".

Les Alpes sont encore plus impressionnantes que les Cévennes. C'est beau à couper le souffle. La nature inspire le respect. C'est divin. J'aime les montagnes! Aussi bien ici dans le Gard qu'au pays du Mont Blanc que nous avons traversé.

http://www.tourisme-haute-savoie.com/

Genève en Suisse était très riche en démeures anciennes, elles étaient toutes plus belles les unes que les autres.

http://www.ville-geneve.ch/histoire-chiffres/

http://www.swissinfo.ch/fre/Dossiers/De_Solferino_a_la_Cr...

http://www.swissworld.org/fr/economie/secteurs_cles/banqu...

Suisse est connue pour ses banques et pour sa richesse, voilà ce qui se voyait dès qu'on arrivait en Genève. Par contre, Bâle n'a pas fait la même impression.

Une fois arrivé à Bâle à 20h, il fallait trouver notre auberge de jeunesse, Ymca, où passer deux nuits suivantes. J'avais imprimé la carte d'Internet que j'ai sortie. Dès qu'on a croisé une personne à la gare, je me suis renseignée. On nous a dit que Gempenstrasse, la rue où était notre auberge, elle était à deux pas. Que c'était facile de la trouver cette fois dans la nuit noire! Ce n'est pas toujours comme ça. J'ai dit à mon amie qu'un ange a été envoyé sur notre route.

http://www.ymcahostelbasel.ch/home_1_e.php

Environ 60 euros deux nuits avec le petit déjeuner et accès Internet gratuit. Voilà l'auberge de jeunesse très sympa. A recommander.

Nous voilà bien accueillies. On a partagé un dortoir avec deux Brésilliennes. Voilà deux soeurs d'une trentaine d'années très amicales qui ont voulu nous accompagner au Musée de la Maison de Poupée. Elles connaissait déjà la ville, donc voilà nos guides. Même si le musée n'était pas loin et j'avais tout noté sur ma carte, tant mieux si on est guidé, c'est encore plus simple.

Le voyage est une aventure, dit-on. On fait de nouvelles rencontres, plus ou moins superficielles. Dans tous les cas, c'est humain. C'est moins humain, si on ne rencontre personne. C'était surprenant d'avoir un contact aussi facile avec ces deux inconnues. Dans mon pays en Finlande, c'est plus compliqué.

Au musée un étage était fermé, dans les trois autres nous avons passé au moins 3-4 heures. Mais ça n'a pas suffît, il y avait tellement des choses à voir, qu'il faut y retourner un jour. C'est comme ça. S'il s'agit d'un pays ou d'autre chose.

Quelle patience a-t-elle mon amie! Les poupées ne sont pas sa passion numéro 1, mais elle m'a suivie partout. Je lui avais promis de faire les magasins après comme elle voulait. Une fois avoir pu acheter son parfum Coco Chanel, toute contente, ses yeux brillaient comme ceux d'une petite fille. Moi aussi, j'étais comme Alice au pays des merveilles dans cette immense maison de poupée, comme dans un autre monde.

2500 nounours anciens, on n'en voit pas autant souvent. C'était une découverte. Margarete Steiff et Theodore Roosevelt, deux personnages importants dans l'histoire des nounours sont bien présentés. C'est à visiter pour tous les collectionneurs et biensûr pour d'autres. Comme en Allemagne le musée Steiff, que je ne connais pas encore.

http://www.puppenhausmuseum.ch/Margarete-Steiff.382+M588e...

Par contre, j'aurais préféré les étiquettes avec les nounours exposés, mais ils étaient tous catalogués avec leur numéro, il fallait les chercher dans le catalogue.

En Angleterre au musée ces boules de poils étaient plus vécues et en état d'origine dans leur jus. Ici à Bâle tout était restoré et parfait, bien conservé, même les centenaires, avec un nouveau nez, ou c'était recousu. Je suis plus touchée par les peluches sans oreille ou sans oeuil, qui ont eu une vie et qui ont souffertes, par celles qui viennent directement de l'enfance que par celles qui sont passées par l'hôpital des nounours.

Nous, les collectionneurs, nous avons des critères différents pour collectionner. D'autres n'acceptent que les objets parfaits dans leur collection. Je ne suis pas perfectionniste comme ça.

Après c'était le tour des maisons de poupée. Allons deux siècles en arrière au début du 19ème pour commencer ce voyage dans le temps. Voilà la société en miniature, si on est à la campagne ou en ville. Le passé est présent et vivant dans ces petites maisons.

En un mot je vais dire la même chose que j'ai déjà dit à propos de vraies maisons en taille humaine, ces miniatures étaient toutes plus belles les unes que les autres. Et il y en avait énormément, les pieds commençaient à être fatigués. Mais tant pis, même les chaises étaient prévues dans les salles.

Emerveillées par la grande quantité de maisons de poupée de toutes sortes, tout ce qui a pu existé déjà il y a plus de 100 ans, nous avons quitté le musée. Nous voilà de nouveau sur terre.

Elle n'est pas belle, la vie. Restons au soleil!

Les commentaires sont fermés.