Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/03/2013

Comme à la prunelle de ses yeux

Hier soir j'ai eu des nouvelles de l'anniversaire de ma grande soeur. Nous parlons avec Skype.

La réunion familiale s'est bien passée. Mais une petite histoire l'a attristée...

Elle aime décorer sa maison comme moi. Dans le hall sa vieille poupée, la seule qu'elle avait, à la quelle elle jouait il y a plus de 50 ans, dort dans une poussette en osier, les voilà pleins de souvenirs à garder précieusement. Une poupée en tissus bourré, la tête en carton bouilli. Elle porte sa robe d'origine.

Nombreux, nous avons plusieurs nièces, qui sont venues avec leurs famille. Elles ont toutes les enfants qui apprennent à marcher ou qui marchent déjà. Donc, les petits qui touchent à tout. Voilà ce que Tuula a oublié. Il y avait trop de choses à la portée des petites mains.

La fille d'une nièce Sanna, qui a 2 ans, a remarqué quelque chose de très intéressant dans la poussette. Elle l'a prise dans ses bras et a commencé à jouer à la poupée. Sa grand-mère n'a rien dit. Finalement sa mère la lui a enlevée. Mais la poupée avait déjà souffert. Ma soeur n'était pas loin et elle a tout vu, mais elle n'avait pas le coeur d'intervenir et lui dire non! Elle m'a montré avec Skype la tête de sa poupée abîmée par l'enfant. C'est dommage! Elle lui avait tenu comme à la prunelle de ses yeux toutes ses années.

Aujourd'hui encore une autre famille est arrivée. Cette fois avec deux petits garçons. Pas de problème, pensait ma grande soeur. Pour eux, elle avait prévu un train en bois incassable. Et sa propre poupée malheureuse était bien cachée. Elle est réparable, même si elle ne sera plus jamais comme avant.

Une pensée à ma mère et à mon père qui ne sont plus là. Ils étaient stricts. Tant mieux, je pense. Me voilà pareille, et aussi ma jumelle. Mais notre grande soeur ne l'est pas. Elle est trop gentille.

Quand je reçois des enfants au musée, je n'hésite pas à intervenir, s'ils commencent à toucher à tout. On regarde avec les yeux, pas avec les mains. Le musée est "sacré". Les vieux objets fragiles sont à respecter. Ils sont chers et pas toujours remplaçables. On ne peut pas tout mettre sous vitrine. En plus, c'est moi qui doit payer les pots cassés.

Tôt ou tard nous, les êtres humains, nous apprenons qu'on ne peut pas tout avoir, ce que veut dire le mot NON, c'est à dire les limites.

Actuellement c'est la mode dans les musées d'avoir 'un terrain de jeux' pour les petits visiteurs pour qu'ils ne s'ennuient pas. Dans mon enfance dans les années 60 ça n'existait pas, mais on était fasciné par le passé. C'était un régal, la visite.

Une poupée qu'on m'a offert à 5 ans est exposée au musée. Elle porte sa robe et ses chaussures d'origine. Ma jumelle avait la même. Notre mère nous a dit qu'on n'avait pas le droit d'y jouer, parce qu'elles étaient décoratives. Leur place étaient sur le meuble dans la chambre des invités.

Les commentaires sont fermés.