Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22/03/2015

Combien de nationalités différentes à rencontrer?

Dans mon voyage de retour j'avais beaucoup de contacts. C'était amusant....

Une semaine passée en Finlande, c'était le moment de rentrer en France. Au revoir mon pays! A la prochaine!

Parcontre, à propos de ma famille, on parle toute l'année via Skype gràce à la technologie moderne. C'est génial!

J'ai pris le train dans le village de Humppila où ma grande soeur m'a ramenée. On avait le temps de passer dans l'ancienne gare tranformée en magasin artisanal. Mais qu'est que j'ai vu dans sa vitrine? Un petit nichoir comme une petite maison. Il fallait rentrer pour le voir ... Ils font des maisons de poupée aussi sur commande. Ils m'ont montré la photo de leur travail. Une maison de poupée qui représente une maison ancienne finlandaise, voilà ce qui manque dans ma collection. Donc, je vais la commander...

http://fr.wikipedia.org/wiki/Nichoir

http://nettikauppa.forestum.fi/Default.aspx?tabid=519&...

Après j'ai pris mon train matinal à Tampere. Malheureusement pas beaucoup de temps dans cette ville où j'aurais voulu visiter un musée intéressant. Une autre fois. Donc, j'ai pris la navette de l'aéroport de Pirkkala, même si j'étais là peut-être trois heures en avance. Tant pis, une fois dans ma vie j'ai raté un avion, donc, depuis je suis plus prudente.

http://www.tampere.fi/english/cultureandmuseums/museums.html

Dans l'autobus j'ai posé une question à une dame à côté de moi. Mais elle n'était pas Finlandaise, mais une Polonaise. Elle fait des recherches à l'université de Turku. Nous avons commencé à parler et on a continué aussi à l'aéroport jusqu'au départ de l'avion. Nous avions la même destination de Londres. C'était intéressant. On sympathisait. La Pologne et la Finlande, nous avons quelque chose en commun dans notre histoire. Nous sommes petits à côté des grands. Mais nous sommes forts et indépendants. C'est la force intérieure qui compte, pas les muscles. Je n'ai pas oublié de lui donner une affichette du musée.

Quand on parle, le temps passe vite. Finalement, notre avion est arrivé. Mon voyage avance, me voilà dans l'avion prévu, je ne l'ai pas raté. Pas de problème.

Une fois assise, à côté de moi, j'avais une dame. Cette fois c'était une Finlandaise. Une ancienne professeure à la retraite. Elle devait changer d'avion à Londres pour aller en Espagne le même soir. Ryanair était en retard, donc elle était stressée, pas sûre de pouvoir prendre sa correspondance.

Mais nous avons bien profité de ces trois heures pour partager notre vie. Et on a bien ri aussi quand on a parlé de nos chiens. Nous voilà, les amies des animaux. Et elle avait vu les pays que je n'ai jamais visités. Nous avons toujours des choses à découvrir dans ce monde, ça ne finit pas. Voilà une deuxième occassion de faire de la publicité et de donner une affichette du musée.

Le soir bien arrivée à l'aéroport de Stansted, j'ai pris le bus au centre de Londres. Une carte de ville à la main j'ai marché à peu près trois quarts d'heures pour trouver mon auberge de jeunesse où j'avais réservé une nuit. Le quartier était bien, donc j'a fait une bonne promenade. J'ai dû demander mon chemin plusieurs fois, mais j'avais toujours de bonnes réponses amicales. Les londoniens étaient accueillants.

Quel soulagement! Me voilà en toute sécurité la nuit tombée dans une métropole internationale. L'auberge YHA était une très bonne expérience, à recommander. Je connaissais déjà cette association solidaire pour les jeunes, c'est pourquoi je l'ai choisie.

On était quatre femmes, ou des filles, plus ou moins grandes ou petites dans le même dortoir. Le matin suivant on a parlé un peu, c'était très humain et chaleureux. Nous étions de quatre nationalités différentes. Une Indienne de Delhi, une Espagnole de Madrid, une Africaine qui est partie plus tôt que personne, et moi, une Finlandaise. - Sans contacts, ce monde est froid.

http://www.yha.org.uk/hostel/london-st-pancras

J'avais pensé de me lever tôt le matin pour être les premiers derrière la porte du Musée de l'Enfance à 10h. Je ne pouvais y rester qu'une heure. Ce n'était pas loin, parce que j'avais prévu de prendre seulement une fois le métro à St Pancras/King's Cross pour aller à Liverpool Street.

En pleine ville ce matin j'avais largement de temps. Donc, j'ai cherché une cafétaria où prendre mon café. J'ai vu Scandinavian sandwich bar. Curieuse, je suis rentrée. Pourquoi les sandwichs scandinaves à Londres? J'ai rencontré un couple sympa, une Anglaise et un Français, qui m'a expliqué que leur collègue est Danois.

J'ai pris mon café et j'ai eu une idée. Dans mon sac j'avais un pain de seigle finlandais. Je vais leur en faire goûter comme je faisais il y a beaucoup d'années avant de m'installer en France en 1999. En fait, j'avais une idée de créer une patisserie que j'ai dû laisser tomber. Et voilà le jeune couple qui a réalisé leur rêve.

Je leur ai proposé de goûter mon pain et de prendre une photo à partager sur ce blog. Une publicité pour leur entreprise. Les voilà sur la photo. Ce n'est pas sûr s'ils ont aimé mon pain de seigle servi avec le beurre. Dans tous les cas c'était amusant!

Leur site web en bas:

londrescafe.JPGhttp://o-food.co.uk/

https://www.facebook.com/ofooduk?_rdr

Après j'ai cherché une autre bonne adresse, le Musée de l'Enfance où faire une visite éclair prévu depuis un moment.

Mon vol de retour en France était dans l'après-midi. Mais un coup d'oeuil sur une nouvelle exposition sur les maisons de poupée est mieux que rien.

En bas, la photo du Musée de l'Enfance.

museoengl.jpgAprès la visite, j'ai pris un bus pour aller à l'aéroport de Luton, ça prend une heure.

A la fin, tout s'est bien passé. Même si c'était un peu compliqué, mon voyage.

La dernière étape était encore l'arrivée à l'aéroport de Nîmes et la navette.

Il me restait une affichette du musée dans ma valise. Je me suis demandé si je devais la garder.

Mais non. Dans la navette nous avons parlé avec l'Anglaise qui habite dans cette région et qui est mariée avec un Français. Je lui ai donné ma dernière pub.

Finalement, c'était bien de rentrer à la maison. Cela me plaît ici en France.

Je dois dire que si je n'avais pu échanger pas un seul mot avec d'autres personnes dans mon voyage, le monde aurait été dur et mon voyage aussi.

Vive le contact humain! Il ne faut pas le perdre. Les machines ne nous remplaçeront jamais.

Les commentaires sont fermés.